Questions & réponses

Réponses aux questions les plus fréquentes

Questions générales

La traduction consiste à faire passer un texte écrit dans une langue vers une autre langue. L’interprétariat consiste à restituer oralement dans une autre langue, l’équivalent de ce qui a été dit dans une autre. La traduction, c’est à l’écrit, l’interprétariat c’est à l’oral.

Questions sur l’interprétariat

Je ne peux pas vous donner un tarif sans connaître vos attentes. Cela dépend du domaine, de la technicité et des conditions. Je vous remercie de me contacter directement par mail, par formulaire de contact ou par téléphone.

Ce qui coûte cher, c’est une réunion ou une formation qui se termine par échec parce que vous ne comprenez pas ce que disent les Japonais : billets d’avion, hébergement, repas, temps passé en préparation… Voici une illustration.

J’ai besoin de la date, la durée, le lieu, le domaine et la finalité de votre rencontre avec les Japonais. D’autres éléments peuvent s’ajouter selon les cas.

Je pratique le mode d’interprétation dit consécutif. Ce mode contraint celui qui s’exprime à s’interrompre pour laisser à l’interprète le temps d’intervenir à son tour, ce qui double le temps nécessaire aux interventions. Il faudra en tenir compte dans le planning de votre réunion. Quant à la disposition des places dans la salle, disposez les Japonais d’un côté et les Français de l’autre afin que je ne parle simultanément qu’aux Japonais ou qu’aux Français. Si le nombre de participants dépasse 20, prévoyez un microphone avec socle ou un micro-casque, car il me faut prendre des notes.

La préparation en amont est primordiale pour me rendre efficace et rapide le jour de ma mission d’interprétation. J’ai besoin du maximum d’informations : programme de la journée, documents de référence, diaporamas du type PowerPoint s’il y a des présentations, glossaire s’il y en a un, ainsi que noms et postes des personnes présentes. Je vous poserai toutes les questions utiles sur le plan technique et sur le ou les objectifs de votre réunion, car je conçois ma mission comme une assistance à l’atteinte de vos objectifs.

Je pratique le mode d’interprétation dit consécutif (interprétariat de liaison) qui consiste à écouter l’énoncé d’un orateur et à le convertir dans une autre langue immédiatement avant qu’un autre orateur ne prenne la parole. Ce mode d’interprétation est particulièrement adapté aux négociations pointues, aux formations techniques, aux réunions d’affaires ou encore aux procédures judiciaires.

Oui, l’interprète est tenu au secret professionnel total et absolu sur toutes les informations contenues dans les réunions non publiques. Je respecte, bien entendu, le caractère confidentiel du contenu de votre réunion, mais également celui de tous documents transmis pour la préparation. Je suis par ailleurs adhérente à la SFT, Société Française des Traducteurs qui possède à cet égard un code de déontologie très strict.

Par mes conseils, je vous assiste pour que votre rencontre se déroule bien, pour que les Japonais se sentent à l’aise. Si c’est votre première rencontre, l’échange de cartes de visite est un rituel très important pour les Japonais. Assurez-vous d’en avoir un nombre suffisant pour les distribuer à tous les Japonais que vous rencontrerez.

Oui, je me déplace où que vous soyez, en France, en Europe ou au Japon ! Je dispose d’un véhicule pour me rendre dans les endroits mal desservis par les transports en commun. Les frais de voyage (déplacement, hébergement et repas) sont à la charge du client.

Oui, avec plaisir. J’accompagne régulièrement des entreprises et des organismes français lors de leurs déplacements au Japon.

Oui. En effet, il n’est pas facile d’organiser les déplacements au Japon quand on ne parle pas la langue. Je peux établir à votre place votre itinéraire à l’intérieur du Japon pour qu’il soit fluide, rapide et moins cher. Je peux aussi contacter vos interlocuteurs japonais pour fixer les rendez-vous. Réserver des billets de train et des hôtels dans un pays qu’on ne connaît pas est un travail chronophage ! Vous économiserez du temps en me confiant cette partie de votre mission au Japon. Par contre, je ne suis pas une agence de voyages. Je ne réalise ce travail que pour les clients que j’accompagne.

On emploie le terme « interprétation » dans la profession. Mais ce mot est peu connu par le public au sens de transmettre un discours dans une autre langue. De plus, il signifie « action de donner une signification claire », ce qui ne concerne pas notre métier. C’est pourquoi j’emploie également le terme « interprétariat ».

Questions sur
la traduction

Vous pouvez me contacter soit par mail soit par le formulaire de contact en y joignant votre texte à traduire (au format Word, Excel ou PowerPoint, de préférence). S’il y a un délai et le format à respecter, merci de me le préciser. Je vous enverrai mon devis dans les 24 h.

Le prix dépend du nombre de mots pour les textes en français ou du nombre de caractères pour les textes en japonais. Le format Word, Excel ou PowerPoint dans lequel vous m’enverrez votre texte inclut ce comptage. La technicité et le degré d’urgence interviennent également dans la détermination du prix.

Exactitude, précision et fluidité en sont les maîtres mots. Le choix du style est également très important pour capter le public visé. Je vous demanderai donc de me préciser qui sont vos lecteurs cibles de ma traduction. L’humilité est parfois nécessaire notamment devant les questions techniques. C’est pourquoi je vous poserai toutes les questions nécessaires.

Je travaille avec un logiciel qui me permet de traduire sans omission. Une fois terminée, la traduction est relue au moins deux fois.

J’ai adhéré au code de déontologie de la SFT, Société Française des Traducteurs, qui préconise de traduire uniquement vers sa langue maternelle. Je ne traduis donc que depuis le français vers le japonais, excepté pour les traductions assermentées (certifiées) : la justice prescrit aux traducteurs assermentés d’assurer la traduction dans les deux sens.

Je livre votre traduction sous la forme d’un fichier électronique par mail. Le format sera à déterminer au moment de la commande. Par contre, les traductions assermentées (certifiées) peuvent être livrées sous format papier par courrier.

J’accepte les paiements par chèque et par virement bancaire.

Questions sur
la traduction assermentée
(certifiée)

Son intitulé officiel est « traduction certifiée ». Elle a un caractère officiel et légal, car destinée à une autorité ou une administration. Elle comporte le tampon et la signature du traducteur. En savoir plus

Cela dépendu des documents. Merci de me contacter soit par mail soit par le formulaire de contact (traduction certifiée) avec le scan de votre document si possible.

Elles sont effectuées par un Expert Traducteur (expert judiciaire), nommé par une cour d’appel ou la Cour de cassation. En France, le titre d’Expert Traducteur est réglementé et protégé par la loi. Quant aux traducteurs assermentés par le tribunal judiciaire sur la liste « CESEDA » ou « du procureur », ils ne sont pas experts et ils n’ont pas le droit d’effectuer les traductions certifiées.

Oui. Je suis inscrite comme expert-traducteur à la cour d’appel et à ce titre, mes traductions certifiées sont valables sur tout le territoire français et dans certains pays étrangers.

Il n’y a pas de durée de validité pour la traduction, mais les documents originaux peuvent avoir une validité limitée comme certains documents d’état civil.